La démographie: clé de l’avenir des retraites

Colloque du Conseil Scientifique du Front National: « comment sauver nos retraites » – 25 septembre 2010

Intervention de Bruno Gollnisch

LA DEMOGRAPHIE : CLE DE L’AVENIR DES RETRAITES

Dans des régimes de retraite par répartition, où les actifs financent en grande partie les pensions des retraités, chacun peut comprendre que la démographie joue un rôle central.

Et chacun peut comprendre que l’arrivée à l’âge de la retraite des générations nombreuses du « baby boom » des 20 années d’après-guerre se télescopant avec les générations en âge actif moins nombreuses et massivement touchées par le chômage ou l’emploi précaire, ne peut que créer d’énormes problèmes financiers.

Pour le seul régime général, on compte aujourd’hui en France un peu plus de 12 millions de retraités pour 17 millions et demi de cotisants, soit un rapport de 1,44 actif pour un retraité.

Pour l’ensemble des régimes, ce ratio est de 1,8 et on le prévoit à 1,2 pour 2050. L’année de ma naissance, en 1950, ce rapport était de 5 actifs pour un retraité. Il était toujours de 4,4 en 1960 et encore aux alentours de 3 en 1970.

Le flux de personnes atteignant 60 ans est passé de 500.000 par an environ pour les générations nées pendant la deuxième guerre mondiale à 800.000 par an pour les générations suivantes, même si toutes, compte tenu des réformes successives et évolutives de la durée de cotisation nécessaire, ne peuvent ou ne veulent prétendre à prendre leur retraite à 60 ans.

Ces chiffres sont-ils une surprise ? A vrai dire non.
Le problème du déficit financier des retraites émerge dès les années 80 après le passage à la retraite à 60 ans. Le taux des cotisations salariales est d’ailleurs relevé de près de 2 points entre 1985 et 1991.

En 1991, le Livre Blanc dit de Michel Rocard dresse déjà un tableau alarmant des perspectives démographiques. Il est l’aboutissement d’un travail technique interministériel coordonné par le Commissariat au plan. Et il prévoit que dans les hypothèses les plus favorables, le nombre d’actifs pour un retraité sera de 1,9 en 2010 et 1,7 en 2040. Dans l’hypothèse pessimiste, ce ratio ne serait que de 1,3 en 2040. On voit que pour le seul régime général nous sommes déjà, avec 30 ans d’avance, plus proches du scenario catastrophe que de l’autre.

Le Livre Blanc annonçait, dans une vision purement comptable du problème, que pour que le système soit à l’équilibre en 2025, soit à la fin théorique de l’arrivée à la retraite des générations du baby boom, il faudrait augmenter les cotisations de 170 % ou réduire les prestations de moitié. Et il faisait des propositions devenues désormais le B-A-BA de toutes les réformes engagées, à commencer par la réforme Balladur de 1993, comme l’a expliqué Jean-Richard Sulzer : accroissement de la durée de cotisation, changement du salaire de référence, changement du mode d’indexation des pensions.

Le Livre Blanc faisait également état des disparités entre secteur privé et public et mettait l’accent sans concessions sur les perspectives particulièrement alarmantes concernant les régimes spéciaux, comme celui de la SNCF, pour lequel il prévoyait dès 2010 un déficit important, dû notamment à un taux de cotisants pour un retraité de 0,57 !

Les régimes de la fonction publique ou les régimes spéciaux mirent cependant plus longtemps à être réformés, et seulement partiellement au regard des réformes de 2003 et 2008. Ces réformes ne résorbent d’ailleurs pas les inégalités avec le privé, ne créent pas de caisse de retraite pour les fonctionnaires qui assurerait notamment une meilleure visibilité des engagements financiers de l’Etat sur le long terme. Comme il a été souligné à plusieurs reprises, notamment par M. Roux, pas de caisse, donc pas d’inscription dans le budget, donc pas de prise en compte dans le déficit et la dette publics.

Les réformes ne modifient pas le salaire de référence, mais, pour les fonctionnaires, elles créent un régime additionnel à points alimenté par des cotisations sur les primes. Et elles alignent les régimes spéciaux sur… les régimes des fonctionnaires, tout en adossant certains d’entre eux au régime général, c’est-à-dire en mettant à contribution les salariés du privé, et pour d’autres en conservant le système de la contribution du budget de l’Etat, c’est-à-dire de l’ensemble des contribuables, pour assurer leur équilibre.

Il n’en reste pas moins que le Livre blanc est le premier d’une longue série de rapport, colloques, enquêtes et autres réflexions qui toutes aboutissent au même constat, quel que soit le raffinement des hypothèses sur le taux de fécondité, la natalité, la mortalité, le taux de chômage, l’espérance de vie, le solde migratoire, etc… Et qui toutes ont abouti à des réformes comptables qui, certes, ont un effet à court terme sur le montant du déficit mais ne règlent pas le problème de fond.

A moins que l’objectif de nos gouvernants ne soit de durer : durer, sans trop de casse, le temps que les générations nombreuses commencent à mourir, quitte à les aider un peu en légalisant l’euthanasie, durer le temps que la démographie des actifs permette de résoudre mécaniquement le problème du chômage.

Mais à vrai dire, il importe assez peu de savoir si le déficit des régimes de retraite sera de 19,3 ou 20,7 milliards d’euros à tel ou tel horizon. Quel que soit son niveau, ce déficit ne sera de toute façon ni viable ni supportable.

Le problème est de mettre en place des mécanismes qui s’adapteront aux circonstances futures et assureront la pérennité du système, son équilibre financier, son équité, le maintien de son rôle dans la solidarité nationale et intergénérationnelle, sans être un boulet financier et fiscal pour les entreprises, les ménages mais aussi les retraités.

Et l’une des clefs, nécessaires mais non suffisantes, pour résoudre le problème des retraites est la démographie.

Certains croient avoir trouvé la solution, dans les ministères comme à la Commission européenne : les riches pays d’Europe, vieillissants et à la natalité vacillante, doivent accueillir en masse les populations immigrées jeunes et dynamiques des pays pauvres du Sud.

Demain en effet, selon eux, c’est Mohamed qui paierait la retraite de Maurice, pour reprendre un fameux slogan de SOS-Racisme affiché il y a quelques années au Parlement européen.

Il y a plus de 25 ans, à la Mutualité, un homme politique alertait l’auditoire sur les dangers de la faible natalité des pays d’Europe et doutait que les populations immigrées soient désireuses d’entretenir les peuples de vieillards que nous serions devenus. C’était Jean-Marie Le Pen.

Je conseille à tous la lecture d’un petit livre très édifiant, et au titre évocateur, écrit par Mme Michèle Tribalat, directrice de recherche à l’INED, l’Institut national de la démographie : « Les yeux grand fermés ».

On ne peut guère accuser Mme Tribalat de sympathie envers les idées du Front National. Elle a même combattu avec force les travaux de notre Conseil Scientifique sur le coût de l’immigration.

Que dit, en résumé, Mme Tribalat ?

Elle dit que le rapport de l’ONU de 2000, sur les migrations de remplacement comme solution au vieillissement des populations, n’avait pas pour but de préconiser cette solution, mais d’en démontrer l’absurdité.

Rappelez-vous : ce rapport disait que pour maintenir le ratio actifs/inactifs (jeunes et retraités) en 2050 à son niveau de 1995, la France devrait accueillir 1,3 millions d’immigrés par an d’ici 2025, puis 2,4 millions par an ensuite. Pour une population, au final de 187 millions d’habitants.

Il calculait également que la Corée du Sud, elle, aurait besoin de 6 milliards d’immigrés sur 50 ans. Soit la population actuelle de la planète sur 99.000 km carrés, 1/5ème de l’Hexagone. Totalement absurde en effet.

Elle dit également, et elle le démontre, que l’immigration ne peut gommer les déséquilibres de la pyramide des âges, qu’elle a un impact extrêmement modéré sur le « rajeunissement » de la population, et que cet impact, pour être durable, nécessite de toute façon la perpétuation de l’immigration !

Ainsi, un calcul de ce qu’aurait été la population française dans les années 80 sans immigration durant les 100 années précédentes aboutit au résultat suivant : 10 à 11 millions d’habitants en moins, et une proportion de personnes de plus de 65 ans plus élevée de seulement 1 point.

Une autre étude de Mme Tribalat, portant celle-ci sur l’impact de l’immigration étrangère entre 1960 et 1998 (qu’elle estime au passage à 6,3 millions de personnes ce qui me semble sous évalué) montre que celle-ci n’a qu’un impact limité, d’environ un point, sur la proportion des plus de 60 ans par rapport aux 20-59 ans.

Et elle ajoute elle-même que pour que tout ceci soit significatif, puisque le but supposé n’est pas de faire venir des immigrés pour le plaisir, il faut traduire cette immigration en termes d’emplois. Comment améliorent-ils le nombre d’actifs, quel est l’impact de l’immigration sur les finances publiques au sens large ?

Premier problème : le taux d’emploi des immigrés n’est que de 0,57, bien inférieur à celui des natifs (un peu moins de 0,66). Aux âges de forte activité (25-54 ans), l’écart de taux d’emploi entre immigrés et natifs est encore plus important : 75 % pour les premiers et 88 % pour les seconds.

Et il n’y a aucun moyen de chiffrer précisément le taux d’emploi des enfants d’immigrés, omerta française sur le sujet oblige, même si l’on se doute qu’il n’est pas réjouissant.

L’impact sur les finances publiques ? Le matériau statistique est surtout anglo-saxon, et même américain alors que les Etats-Unis ne sont pas réputés pour leur Etat providence. Le résultat : même là, un impact négatif ou, pour les d’immigrés très qualifiés, un apport positif extrêmement faible et temporaire.

Des études internationales montrent également que « les pays dont les systèmes de transferts sont les plus généreux ont tendance à attirer les migrants qui ont la plus forte propension à devenir dépendants de ce système ». En bon français : nos systèmes sociaux sont de puissantes pompes aspirantes à une immigration de personnes peu qualifiées et peu aptes à s’insérer dans le monde du travail.

Conclusions de Mme Tribalat ?

Aucune immigration, même massive, ne peut résoudre les problèmes d’emplois et de démographie des cotisants. Seule l’amélioration du taux d’emploi des personnes déjà présentes le peut.

« Quelles que soient les conditions, quelle que soit la complexité des modèles statistiques : l’immigration n’est pas en mesure de contrecarrer les effets du vieillissement, et notamment ses effets financiers ».

Nous ne sommes donc désormais plus seuls à le dire : Mohamed ou ses enfants ne paieront pas les retraites de Maurice. Les « besoins démographiques » ne sont pas une chimère, mais c’est une chimère que de croire que ces besoins seront résolus par un apport de population extérieure.

Et du coup, Maurice devra compter sur lui-même et sur la clairvoyance et l’efficacité de ses dirigeants pour résoudre le problème, ce qui, avec la classe politique qu’il subit depuis 40 ans, n’est pas gagné d’avance.

A court terme, il faut bien évidemment une réforme de ce que j’appellerai la démographie des actifs, c’est-à-dire résorber le chômage de manière générale, augmenter le taux d’emploi de la population, et notamment des jeunes et des seniors, comme on dit maintenant, cette qualité pouvant d’ailleurs s’acquérir dès 50 ans.

Le taux de chômage des jeunes est de près de 24 % malgré les efforts des gouvernements de gauche et de droite pour les parquer dans des filières universitaires inutiles ou multiplier les diplômes nécessaires à l’exercice du moindre métier, alors que l’apprentissage, dans beaucoup de cas serait non seulement suffisant mais bien plus profitable et efficace, et ce y compris pour des professions très qualifiées, comme les ingénieurs.

A l’autre bout, la logique économique à l’œuvre (coût trop élevé d’un senior qui dissuade l’embauche ou le maintien en emploi des plus de 55 et même des plus de 50 ans, effets d’aubaine des préretraites pour les employeurs) a pour résultat un taux d’emploi des plus de 55 ans, et plus encore pour les + de 60 ans, parmi les plus bas d’Europe, et en chute libre. Pour les plus de 55 ans, il n’est que de 17,4 %. De 6,2 % pour les plus de 60 ans. Seulement 60 % des Français sont en activité au moment de faire valoir leurs droits à la retraite.

A quoi sert alors un allongement de la durée de cotisation si l’on ne peut garantir un allongement effectif de la durée de réelle activité professionnelle, c’est-à-dire que les gens auront réellement un emploi pendant la majeure partie leur vie active ?

Et au passage, pourquoi ne pas laisser les Français libres de l’âge de leur départ en retraite, la somme qu’ils toucheraient alors étant proportionnelle à leur durée de cotisation ?

Pourquoi, plutôt que de fonder sur des taux d’incapacité avérés dus à l’activité professionnelle le calcul de la pénibilité, pourquoi ne pas moduler la durée de cotisation nécessaire en fonction de plusieurs critères, comme par exemple l’espérance de vie selon la catégorie professionnelle ?

Les études statistiques montrent par exemple qu’en moyenne, un ouvrier à une espérance de vie de 7 ans inférieure à un cadre. A 35 ans, il a une espérance de vie de 39 ans, contre 46 pour un cadre. Et bien plus de chance, sur cette vie plus courte, d’être en incapacité.

Mais pour donner du travail aux Français, pour renouer avec la croissance, c’est une politique économique de rupture avec le mondialisme financier qu’il faut entreprendre.

Notre système de protection sociale n’est financé que par les cotisations fiscales et sociales des travailleurs et des entreprises qui créent de la richesse en France. L’ouverture sans protection de notre économie à la concurrence mondiale souvent déloyale et toujours sauvage, la course au profit financier qui a remplacé les stratégies d’entreprises, les délocalisations, la désindustrialisation ne sont pas pour rien dans le déficit des systèmes de pensions.

Les propositions qui ont toujours été celles du Front National,

- une politique de ré-industrialisation et de reconquête du marché national,

- un protectionnisme raisonné et raisonnable,

- l’application de la préférence nationale et européenne tant en matière économique que sociale,

- une taxation spécifique des importations (droits de douane ou TVA sociale) permettant une contribution de celles-ci à notre protection sociale,

- une réforme fiscale en profondeur libérant les énergies et les initiatives

font partie intégrante d’une réforme des retraites.

Comme en fait partie une nécessaire harmonisation des systèmes, toujours pas réalisée aujourd’hui, qui garantisse l’équité et la justice entre salariés du secteur privé et public, ou para-public, mais aussi de tous ces commerçants, artisans, travailleurs indépendants, qui ne font jamais la « une » ni des projets gouvernementaux, ni des journaux.

Une telle harmonisation prendrait de plus en compte la réalité, puisque des Français de plus en plus nombreux sont des futurs « poly-pensionnés », c’est à dire dépendront au final de différents régimes, conséquence logique de carrières professionnelles plus variées et plus chaotiques que celles de leurs prédécesseurs. Plus de la moitié des travailleurs nés en 1962 seront dans ce cas.

Il ne s’agit pas d’opposer les fonctionnaires et les salariés du privé, de prétendus privilégiés (encore qu’il y en ait) aux autres. Il s’agit de garantir que des obligations identiques ou similaires donnent des droits identiques ou similaires.

Il faut également réfléchir aux possibles étages : retraite de base bien sûr, retraite complémentaire, retraite supplémentaire par capitalisation – et le système suisse décrit par M. Rendu est à cet égard très intéressant -, en ayant à l’esprit que la première des capitalisations pour le futur est l’acquisition de son propre logement, qu’il faut encourager pour les ménages français.

Mais à plus long terme, parce que la plénitude de ses effets ne s’en feront pas sentir immédiatement, il faut à la France une véritable politique familiale et d’accueil de la vie.

Aujourd’hui, les scenarios de l’INED montrent qu’en 2050, la France compterait 70 millions d’habitants, dont 22 % de jeunes de moins de 20 ans, 26 % de plus de 65 ans et 32 % de plus de 60 ans. Soit seulement 42 % de Français dans la pleine force de l’âge pour travailler.

Encore faut-il que les hypothèses moyennes se vérifient : taux de fécondité à 1,9 enfants par femme, solde migratoire de 100 000 personnes par an, prévisions de mortalité légèrement à la baisse pour les femmes et inchangée pour les hommes.

Et les scénarios alternatifs, plus ou moins pessimistes ou optimistes, ne changent pas grand-chose à ce déséquilibre entre population grosso modo en âge de travailler et population potentiellement inactive.

Repousser par exemple l’âge de la retraite à 62 ans ne suffit pas. Même en maintenant un âge légal de départ, il faudrait l’indexer sur un différentiel. En 1950, l’espérance de vie était de 66 ans en moyenne, 63,4 ans pour les hommes, 69,2 ans pour les femmes. La retraite était à 65 ans. En 2009, cette espérance était de 81 ans en moyenne, 77,8 ans pour les hommes, 84,5 ans pour les femmes. La retraite est à 60 ans. Le différentiel est passé de 1 à 21 ans !

Mais le vieillissement global de la population ne doit pas être considéré comme inéluctable. Il est du devoir de ceux qui nous gouvernent d’avoir une vision au-delà des prochaines échéances électorales, et même au-delà de leur propre existence.

La structure par âge d’une population a une incidence sur son économie et notamment sur les comportements d’épargne, d’investissements et de consommation, sur la structure de la consommation, sur la nature des emplois créés et finalement sur le dynamisme économique en général.

Nous avons le devoir d’engager une grande politique en faveur de la famille, avec le salaire maternel, avec la protection sociale des mères de famille, avec le soutien à l’acquisition de leur logement pour les familles françaises. Nous savons que cela est possible : c’est aussi grâce à la politique familiale dynamique de l’immédiat après-guerre qu’à eu lieu le baby boom.

Mais au-delà de la défense des retraites, c’est la pérennité de notre nation, de sa culture et de sa civilisation, qui suppose qu’il existe encore et surtout qu’il existe encore plus de Français pour en être les héritiers, les détenteurs et, enrichies par eux-mêmes, les passeurs.

4 réflexions au sujet de « La démographie: clé de l’avenir des retraites »

  1. Pour que notre nation survive, il est aussi important de faire prendre conscience à nos jeunes que la vie ce n’est pas s’amuser, travailler, sortir tous les week-end en boîte de nuit et se bourrer la gueule/fumer des cigarettes. Ce n’est pas à 30 ans qu’on se pose la question du sens que l’on compte donner à sa vie.
    Notre hygiène de vie doit être la plus saine possible. Amour de sa copine/femme, sport, militantisme, formation… Tout ce qui est nécessaire pour bien démarrer une vie à deux, mais aussi la partager. Sans cela, pas d’avenir dans notre démographie.

  2. aie aie mais vers quelle société veut nous conduire Haddock…
    si les jeunes ne peuvent plus s’amuser
    mais que faisais tu à 20 ANS?

Laisser un commentaire